top of page

J’ai appris à m’aimer grâce à mon partenaire

Dernière mise à jour : 3 déc. 2022

J’ai appris à m’aimer grâce à mon partenaire. Je pose ma main sur son cœur tout en écoutant le mien. C’est un battement à l’unisson que j’ai mis longtemps à entendre pourtant.

Certains vous diront que nous n’avons pas besoin de l’autre pour construire notre amour propre et d’autres retrouvent le chemin du verbe aimer pour soi grâce à leur partenaire.


Lorsque vous avez été blessé, maltraité, incompris ou tout simplement pas amoureux, ressentir de la bienveillance envers soi-même peut-être un véritable apprentissage long et laborieux.

Nous avons malheureusement très souvent cette tendance à nous culpabiliser, nous replier sur nous-même et à manquer de confiance en nous en amour.

C’est alors que nous manquons d’oxygène dans notre vie et notre cœur ne bat plus suffisamment intérieurement pour nous regarder positivement et avoir un regard sur l’autre bienveillant.

La solitude au travers du célibat est une guérison possible mais qui restera passagère. L’altérité est nécessaire pour notre construction personnelle. Sans relations intimes et profondes, nous ne pouvons pas développer cette empathie et cet amour propre.


Il arrive que certains couples passent leur vie l’un à côté de l’autre sans se connaître véritablement en restant dans des considérations de l’amour parfois archaïques. Fidélité, durabilité restent des valeurs sûres et les non-dits, secrets peuvent aussi s’installer dans le quotidien d’une relation amoureuse. Autant de couples vivent l’amour à leur façon.


Si la communication est essentielle dans un duo, elle n’en demeure pas moins le pilier le plus délicat. Combien de couples ne se disent pas tout soit par peur de blesser l’autre, soit parce que la confidentialité, la complicité n’atteint pas ce stade dans leur relation.

Des couples peuvent être des années ensemble sans s’être dit parfois l’essentiel d’eux-mêmes et c’est ce qui peut créer l’inévitable rupture du cœur.


D’autres réussissent à construire et développer leur relation tout au long de leur vie commune car dans une histoire d’amour rien n’est figé et tout peut bouger.

Il faut alors sans cesse apprendre à marcher sur un fil tendu tels des funambules prêts aussi à tomber.


La prise de risque en amour nous apprend à nous aimer mutuellement


En effet, l’amour est une prise de risque car elle est un engagement tant envers l’autre que vers soi-même. Certes, lorsque vous décidez de vivre à deux les mots tels que compromis, accompagnement, partage font partie de l’évidence dans un couple. Cependant, lorsqu’il s’agit d’accueillir son partenaire pleinement dans toute sa vulnérabilité, son parcours de vie, ses blessures, ses envies, son évolution personnelle, il faut alors accepter de prendre ce risque d’être deux.

Car derrière ce duo, s’esquisse la danse de l’amour. Apprendre à s’aimer mutuellement tant dans nos défauts, que nos qualités mais surtout dans notre globalité.

Ne pas mettre de masque, ne pas jouer les faux-semblants, dire sa vérité à celui ou celle avec qui vous partagez votre vie n’est pas toujours facile. Les faux-pas, les pieds qui s’emmêlent, les corps qui tombent…


Il y a ces instants où on a le vertige, où on se perd en route et où on se trompe de chemin et de virage.


Il faut apprendre à repérer dans son couple ces instants fragiles où l’on peut tomber et se briser l’un et l’autre. Un mot qui dépasse la pensée, un reproche qu’on regrette, une parole blessante peuvent détruire le lien. Être au bord des lèvres, être au ravin de son âme et arriver à deux à entendre ce souffle guerrier qui peut nous opposer mais qui peut aussi nous rapprocher.

En d’autres termes, lorsqu’un couple arrive à ressentir ces instants où les cœurs se cristallisent dans leur égo, dans leur colère, dans leurs blessures, l’un et l’autre représente ce miroir à briser.

Une fois que vous avez compris que votre partenaire peut être à la fois le déclencheur et ou l’accompagnateur dans cet entre-deux risqué, vous apprenez aussi à vous accueillir et à ne plus vous culpabiliser.

Si votre partenaire accepte ces passages douloureux avec le risque de le faire tomber aussi dans votre chute, alors vous formez certes un couple mais surtout vous allez vers une acceptation de vous-même.

Car si votre partenaire n’accepte pas votre fragilité nécessaire au développement de soi, vous ne pourrez aller vers l’amour de vous-même.


« C’est l’amour de nous-mêmes qui assiste l’amour des autres ; c’est par nos besoins mutuels que nous sommes utiles au genre humain. » Voltaire


La connexion relationnelle avec la personne que nous aimons se prolonge dans cette combinaison de deux mondes différents qui se rencontrent. Même si vous êtes avec votre âme sœur, avec une personne qui vous ressemble, vous complète, vous avez des besoins mutuels différents.

En effet, la richesse de cette rencontre créé une connexion singulière dans le couple où chacun a son rôle à jouer, son engagement personnel à incarner.

L’amour de soi ne peut exister sans cette présence à l’autre.

Si j’ai appris à m’aimer grâce à mon partenaire c’est parce que tout d’abord j’ai compris que l’amour de soi ne peut se réaliser dans la solitude. J’ai ensuite posé mes limites et mes besoins dans mon rêve d’amour à deux. Et enfin, j’ai accepté que l’amour de soi et l’amour pour l’autre était dans un échange permanent qui nécessite des ajustements personnels et croisés.

Certes, cet amour de soi paraît utile comme le dit Voltaire car c’est en incarnant sa pleine présence dans son couple en ne négligeant rien de soi que nous pouvons nous assister chacun dans cet amour unique. Mais c’est aussi en acceptant de poser un regard plus ouvert vers son cœur et vers le cœur de l’autre que nous pouvons grandir et aller vers le chemin de la compréhension.

Aimer l’amour qu’on se porte tout autant que l’amour que l’on donne à son partenaire est une prise de conscience autant nécessaire que subtile à ressentir.


« J’ai appris à m’aimer grâce à mon partenaire », cette phrase résonne aujourd’hui comme une évidence. C’est accepter que nos besoins puissent se croiser avec ceux d’un autre, c’est élargir notre conscience aux différences humaines, c’est soulever ensemble tous les fardeaux et aussi s’élever vers tous les possibles.

L’amour de soi, c’est tout ça en somme avec autant de responsabilités que de légèretés qui ne cessent de trouver ensemble cette harmonie de deux cœurs en amour qui ressentent la chaleur des mains posées un soir où il fallait se parler et écrire son histoire.


Pour aller plus loin:


Comentários


bottom of page